Comment a commencé le football

Les origines du football sont à la fois floues et multiples. Certains écrits sur la genèse du jeu remontent aux premiers siècles avant notre ère. L’on parlait à cette époque des « jeux de balle », leur existence est avérée depuis l’Antiquité. L’on peut même remonter aux chinois qui faisaient aussi des exercices avec un ballon. Ce dernier était jonglé et utilisé pour faire des passes.

Dans l’Empire, cette activité n’est pas une toute compétition sportive. Elle contribue surtout à entretenir la forme physique des militaires. Des textes concernant ce que l’on appelle alors « cuju » datent de la fin du IIIe siècle avant notre ère. Les grecs aussi connaissent plusieurs jeux de balle se pratiquant avec les pieds. Des traces documentées existent dans de nombreuses villes : Aporrhaxis, Phéninde, Athènes, Sparte. Les Romains pratiquaient des jeux de balle divers dont : « la pila paganica, la pila trigonalis, la follis et l’harpastum ». Vers la fin du XVe siècle, le « calcio florentin » apparaît en Italie. Ce très lointain cousin du football disparaitra intégralement 1739.

Naissance du football moderne

Ce que l’on appellera plus tard football plonge ses racines dans la « soule médiévale ». C’est un jeu sportif pratiqué dans les lieux d’enseignement en Angleterre vers 1174. Pour des raisons militaires, cette activité sera temporairement frappée d’interdiction. De l’autre côté de la Manche, les premières mentions écrites de la soule datent de 1147. Au XVIe siècle, les Français connaissent bien le ballon est en cuir gonflé. L’activité sera aussi interdite en France, mais cette fois pour des raisons économiques.

Pour rappel, la soule est une activité assez brutal, mais elle restera populaire jusqu’au début du XIXe siècle tant dans les îles britanniques que dans le nord-ouest de la France. Ce jeu est aussi pratiqué par les colons installés en Amérique du Nord. Malgré soin interdiction temporaire à Boston en 1657, la soule rebaptisée football du peuple ou « folk football » continuera à progresser.

Cette appellation lui sera donnée par les historiens anglophones du sport pour la distinguer du football dit moderne. Cette activité séduit le petit peuple et est immédiatement méprisée par l’aristocratie anglaise. En 1835, une loi anglaise appelée « Highway Act » interdit la pratique du « folk football » sur les routes. Conséquence : il se réfugie dans des espaces clos. Cette activité physique finit par séduire les aristocrates qui le pratiquent sur les terrains des écoles d’Eton, d’Harrow, de Charterhouse, de Rugby, de Shrewsbury, de Westminster et de Winchester.

La codification progressive de jeu s’effectue dès le milieu du XIXe siècle à Cambridge. Avant le début de ce processus, chaque équipe jouait selon ses propres règles. Chose qui créait énormément de problèmes pendant les matchs.

Ramener de l’ordre et unifier cette discipline sera une des missions confiées à la fédération anglaise de football « Football Association » lors de sa création en 1863.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *